Jan Vorisek (né en Suisse en 1987) vit et travaille à Zurich. Ses présentations récentes comptent “Burst City” (2017, Nottingham); “Total Fragmented Darkness”, Hard Hat (2017, Genève); “NotFair”, Galerie Bernhard (2016, Varsovie); “Rented Bodies”, Galerie Bernhard (2015, Zurich). Son travail a été montré dans des expositions communes dont Kunsthalle Exnergasse (Vienne 2017); Plato Ostrava (Ostrava 2017); Kunstverein Braunschweig (2017); Kunsthalle St.Gallen (2016); 83 Pittstreet (New York 2016); Espace Arlaud (Lausanne 2016) and Kunsthaus Glarus (2016). Ses performances récentes ont été réalisées au Spring Workshop (Hong Kong 2016); Luma Foundation (Zurich 2016); Cave12 (Geneva 2016, with Timotheé Calame); TG (Nottingham 2015); Kunsthalle Zurich (2015). Jan Vorisek a également organisé depuis 2011 plusieurs soirées club intitulées HOUSE OF MIXED EMOTIONS (H.O.M.E) et en collaboration avec Mathis Altmann et Lhaga Koondhor.

http://janvorisek.com/


Proposition artistique



Utilisant autant la sculpture, la performance, la musique improvisée et le son, les installations de Jan Vorisek fonctionnent tels des commentaires propres à un lieu donné, tels des éléments éphémères et des documentations qui observent les hiérarchies formelles en jeu. Grâce à des assemblages constitués de matériaux usés et de dispositifs sonores, l'artiste réfléchit sur la fluctuation du bruit comme canal d'information. Les matériaux et les objets accumulés sont désassemblés jusque dans leurs éléments composants et soumis à de nouveaux systèmes d'organisation. Cela peut prendre la forme de formations verticales sinueuses à travers la pièce, de marquage ​​sélectif ou d’interventions architecturales à grande échelle. Les structures subtilement animées fonctionnent à la fois comme vecteurs conducteurs du son et comme espace résonnant, qui testent et dépassent les limites de la perceptibilité. Les structures et les compositions auto-performantes de Jan Vorisek sont complétées par des sons enregistrés à l'extérieur, qui font échos à l'espace urbain, dans lesquels « intérieur » fusionne avec « extérieur » et dont les dimensions exactes de l’œuvre restent indéfinies. Le motif récurrent de la corrosion – corrosion de nouvelles configurations du son et du matériel – est envisagé comme méthode créatrice. Réglages constants, variations de son et de matériel, sont des éléments constitutifs du travail de Jan Vorisek, qui peuvent être pris comme des instantanés d’un processus de production potentiellement sans fin. L'acte d'arranger et de modifier les assemblages devient périodiquement visible tout au long des performances de l’artiste.