Marie Velardi est une artiste suisse, elle vit et travaille à Genève et Paris. Sa pratique artistique est multiforme, et s’intéresse aux liens entre les différentes temporalités, relations entre le court terme et le long terme, relations entre le présent, le passé et aux avenirs possibles; Elle a réalisé «Les Futurs Antérieurs, XXIe siècle / Future Perfect, 21st Century» (2006), une édition imprimée en français et en anglais de plus de cinq mètres de long racontant l’histoire du XXIe siècle inspirée par des livres et films de science-fiction; Un «Atlas des îles perdues, Edition 2107», (2007), avec des dessins à l’encre d’îles qui vont être submergées par la montée des eaux d’ici 2107; Une série de travaux relatifs aux eaux souterraines, «Aquifers», «Renewal Time» (2012-2013), et aux territoires mouvants. Son travail a été exposé en Suisse, France, Allemagne, Belgique, Italie, aux USA, Royaume-Uni, Inde et Thaïlande. En 2014-2015, elle a été une des trois artistes à représenter la Suisse à la Biennale d’Inde de Kochi-Muziris. 

http://marie.velardi.ch/


Proposition artistique



« Lettre de Terre-Mer », lecture et diaporama de Marie Velardi

Terre-Mer est un projet en cours qui s’intéresse au déplacement du trait de côte dans le temps, passé et à venir, et aux relations entre la terre et la mer. Il fait suite à différentes expériences de terrain menées par Marie Velardi, en France, en Ecosse, en Inde, en Thaïlande, en Italie, et aux Pays-Bas. A partir de rencontres et discussions avec des habitants de Terre-Mer, questionnant les conditions de vie avec la mer, et comment les humains vivent avec l’incertain et l’aléa, elle a écrit la Lettre de Terre-Mer. Ce projet conduit également à d’autres réalisations, comme des dessins cartographiques représentant les zones de Terre-Mer, à l’aquarelle : Là où la mer a été par le passé, et où elle pourrait revenir, liant la mémoire du territoire par le biais de cartes historiques anciennes, et des simulations de future montée des eaux. Cette manière de représenter le territoire ne correspond pas à la distinction habituelle entre la terre et la mer par le trait de côte: Dans ces dessins le trait de côte s’épaissit, et devient l’entre-deux, la zone de relation et d’échange entre la terre et la mer, où le passé pourrait rejoindre les avenirs possibles. Le projet Terre-Mer de Marie Velardi a bénéficié du soutien et d’une bourse de la Ville de Genève (FMAC).