Michael Hansmeyer est un architecte et programmeur qui explore le rôle du calcul pour générer et fabriquer des formes architecturales. Ses projets récents incluent la construction de deux grottes imprimées en 3D grandeur nature pour le Centre Pompidou (Paris) et l'exposition Archilab du FRAC (Orléans), une installation de colonnes subdivisées à la Biennale du Design de Gwangju (Corée du Sud) et la série Platonic Solids. Plus récemment, il a enseigné comme professeur invité à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne (Autriche). Auparavant, il a enseigné à l'Institut fédéral suisse de technologie (ETH) à Zurich et à l'Université du Sud-Est à Nanjing (Chine). Il a par ailleurs travaillé dans le studio d’architectes Herzog & de Meuron et dans les domaines du conseil et de la finance, respectivement chez McKinsey & Company et J.P. Morgan.

http://www.michael-hansmeyer.com/


Proposition artistique



Digital Grotesque II
Tools of Imagination

Digital Grotesque II est une grotte imprimée en 3D grandeur nature qui explore comment les progrès technologiques et de fabrication de technologies peuvent créer de nouveaux mondes architecturaux. Il s’agit d’une forme purement informatique de 1,3 milliard de surfaces matérialisées grâce à 7 tonnes de grès imprimé. La grotte est optimisée pour présenter des géométries très variées qui créent une expérience spatiale riche et stimulante à observer. Un algorithme de subdivision récemment développé exploite les potentiels de l'imprimante 3D en créant des structures poreuses et multicouches avec une profondeur spatiale. Un seul volume engendre des millions de branches, se développant et se repliant dans une structure topologique complexe. Des centaines de mètres carrés de surface sont compressés en un bloc de 3,5 m de hauteur qui forme un paysage organique entre l'être humain et le naturel. Debout devant la grotte, on est frappé par la richesse des détails jusque-là invisibles et qui devient parfois écrasante. Digital Grotesque II témoigne des possibilités d'un nouveau type d'architecture qui abandonne les paradigmes traditionnels de la rationalisation et de la standardisation et met l'accent sur la perception du spectateur - évoquant la merveille, la curiosité et la perplexité.