Oliver Ressler est un artiste et cinéaste qui réalise des installations, des projets dans l'espace public et des films sur des sujets tels que l'économie, la démocratie, le réchauffement climatique, les formes de résistance et les alternatives sociales. Ressler a présenté des expositions individuelles au Berkeley Art Museum, États-Unis; Musée d'art contemporain, Belgrade; Centro Cultural Conde Duque, Madrid; Alexandria Contemporary Arts Forum, Égypte; The Cube Project Space, Taipei et des expositions à Wyspa Institute of Art, Gdansk; Lentos Kunstmuseum, Linz; Centro Andaluz de Arte Contemporaneo - CAAC, Séville; SEL Galata, Istanbul; et MNAC - Musée national d'art contemporain, Bucarest. Ressler a participé à plus de 300 expositions collectives, dont Museo Reina Sofía, Madrid; Musée Van Abbe, Eindhoven; MASSMoCA, North Adams, États-Unis; Centre Pompidou, Paris; les biennales de Séville (2006), Moscou (2007), Taipei (2008), Lyon (2009), Gyumri (2012), Venise (2013), Athènes (2013, 2015), Québec (2014), et Documenta 14, Kassel, 2017 (dans le cadre d'une exposition organisée par EMST). Ressler a réalisé vingt-sept films qui ont été projetés dans des milliers de manifestations de mouvements sociaux, d'institutions artistiques et de festivals de films. Une rétrospective de ses films a eu lieu au Centre d'Art Contemporain de Genève en 2013. En 2002, il a remporté le premier prix au International Media Art Award du ZKM à Karlsruhe et est le premier lauréat du Prix Thun pour l'Art et l'Ethique en 2016. Pour la Biennale de Taipei 2008, Ressler a été curateur d’une exposition sur le mouvement de contre-mondialisation, A World Where Many Worlds Fit. Un spectacle itinérant sur la crise financière, It’s the Political Economy, Stupid, co-curaté avec Gregory Sholette, a été présenté dans neuf institutions depuis 2011. Ressler a été responsable du projet de recherche Utopian Pulse – Flares in the Darkroom at Secession à Vienne en 2014, en collaboration avec Ines Doujak; soutenu par le Fonds autrichien des sciences.

http://www.ressler.at


Everything's coming together while everything's falling apart

Il n'y a pas si longtemps, le réchauffement climatique était encore de la science-fiction. Maintenant, c'est devenu une science exacte, et une réalité dans laquelle nous vivons déjà. Selon le Copernicus Climate Change Service, la température moyenne mondiale en 2016 atteignait près de 1,5 ° C au-dessus des niveaux pré-industriels. De nombreux et nombreuses scientifiques voient cela comme la "ligne rouge" au-delà de laquelle le réchauffement climatique sera imparable et incontrôlable.
Dans sa présentation, Oliver Ressler parlera d'un nouveau cycle de films qui pourrait s'avérer être une histoire du début de la révolution climatique, le moment où la résistance populaire a commencé à reconfigurer le monde. Le projet suit le mouvement climatique dans ses luttes pour démanteler un système économique fortement dépendant des énergies fossiles. Il enregistre les événements clés du mouvement climatique, rassemblant de nombreuses situations, contextes, voix et expériences. Les deux premiers événements - un film pour chacun d’entre eux est présenté - sont l'action lors du sommet de la COP21 à Paris en décembre 2015 et le blocus d'un site d'extraction de combustibles fossiles en Allemagne en mai 2016.


Proposition artistique



Everything's coming together while everything's falling apart
Un projet de film en cours par Oliver Ressler

Le projet suit le mouvement climatique dans ses luttes pour démanteler un système économique fortement dépendant des énergies fossiles. Il enregistre les événements clés du mouvement climatique, rassemblant de nombreuses situations, contextes, voix et expériences.
Dans le premier film, des militants contestent la Conférence de l'ONU sur le changement climatique à Paris en 2015, qui a prouvé l'incapacité des gouvernements à s'engager à tout accord contraignant qui réduirait le réchauffement climatique.
Le film sur l'action Ende Gelände met l'accent sur une action massive de désobéissance civile dans les champs de charbon de lignite de Lusace (près de Berlin), où 4000 militants sont entrés dans une mine à ciel ouvert.
Le film sur la ZAD se concentre sur le plus vaste territoire autonome d'Europe issu de la lutte contre le nouvel aéroport de Nantes en France. Le ZAD est un exemple réussi de la création d'alternatives et de la résistance qui doivent se produire en même temps.
Le film sur Code Rood montre une action de désobéissance civile dans le port d'Amsterdam en juin 2017, deuxième port de charbon d'Europe.

www.ressler.at/everythings_coming_together/